Saint-Malo. « Les magasins bio sont la seule issue » de certains producteurs (source : www.ouest-france.fr)

de | 30 mars 2020

Partagez cet article

S’ils ne peuvent plus aller sur certains marchés, restreints à quinze exposants, des petits producteurs bio du secteur n’ont plus que les magasins spécialisés pour vendre leurs produits. Heureusement, ils restent ouverts.

Le magasin Biocoop, près de l’Aquarium, s’engage auprès d’une centaine de producteurs bio et locaux, en proposant leurs produits en magasin. Pour certains, qui ne pourront plus faire les marchés, cette voie est la seule issue pour vendre. | Pierrick Contin / Ouest-France

« Tous les producteurs vont souffrir. Même les plus gros connaîtront des conséquences de cette crise sans précédent. Sauf que les petits n’ont pas de voix et c’est à nous, consommateurs, de les soutenir en achetant leurs produits maintenant et après l’épidémie », plaide Mickaël Chemin, gérant de la Biocoop de Saint-Malo.

Engagé auprès des petits producteurs toute l’année, Mickaël Chemin s’inquiète de l’avenir de ces paysans, si jamais ils ne peuvent plus faire de marchés, puisque ces derniers vont être réduits à quinze exposants maximum. « Pour certains, il ne restera que les magasins bio. Sans restauration collective, sans restaurateurs, il leur restait les marchés, la vente directe et nous », explique Mickaël Chemin.

« Solidaire des collègues »

C’est le cas de la ferme du Guyoult, à La Boussac, où Stéphane Galais et Églantine Touchais produisent leurs légumes bio et élèvent des vaches pie noir. Pour les légumes, vendus en paniers pour les Amap, pas de soucis. Mais pour elle et ses produits laitiers, c’est plus compliqué.

« Je fais 30 % de marchés, 30 % de magasins bio et le reste en Amap. J’ai déjà arrêté le marché des Lices il y a deux semaines, car je n’avais pas de place fixe. Donc, à partir de la semaine prochaine, notre seul débouché sera la Biocoop et l’Amap. Je suis bien contente de ne pas faire que les marchés, mais je suis solidaire de mes collègues qui vivent exclusivement de cela », explique Églantine Touchais.

Un protocole en magasin

Dans ces temps incertains, les petits producteurs ont besoin de clients pour s’assurer un avenir. À la Biocoop, l’équipe de Mickaël s’emploie à « faire de la pédagogie et rassurer » les clients. L’enseigne a mis en place un protocole « validé par des pharmaciens et des médecins » pour faire ses courses en toute sécurité.

Mickaël Chemin a mis en place un protocole pour que les clients fassent leurs courses en toute sécurité. | PIERRICK CONTIN / OUEST-FRANCE

Les clients attendent à l’extérieur qu’on leur ouvre la porte pour entrer, quand un autre sort. Ils disposent d’un point de désinfection obligatoire à l’entrée, les paniers sont systématiquement désinfectés, tout comme les caisses et les rayonnages, un accès est offert aux toilettes pour se laver les mains si on éternue ou tousse… « Tous solidaires, tous responsables ! C’est notre message », conclut Mickaël, dont la priorité est de soutenir la centaine de producteurs locaux avec lesquels il travaille.

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/saint-malo-les-magasins-bio-sont-la-seule-issue-de-certains-producteurs-6792691

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.