La ruée sur les pâtes bio : l’exemple Priméal

de | 30 avril 2020

Partagez cet article

Plus que jamais depuis le début du confinement, les usines de Priméal, marque de la société Ekibio, localisées à Peaugres (Ardèche) tournent à plein régime pour assurer l’approvisionnement de ses clients. Immersion dans les coulisses de cet incontournable acteur de l’alimentation biologique végétale en France.

En cette période exceptionnelle et inédite, Priméal a su s’organiser pour faire face à la demande croissante des consommateurs. Avec une hausse de 52 % des ventes de pâtes et un doublement des commandes depuis mi-mars, la marque met tout en oeuvre pour répondre à la forte demande des consommateurs. Le secret ? Un système de production local et vertueux.

SOLIDARITÉ ET ORGANISATION : LES CLÉS DU SUCCÈS

Port de masques, désinfection des postes et des outils de travail font désormais partie du quotidien de l’usine de Peaugres, qui pour continuer à produire “des coquillettes pour tout le monde”, a synchronisé ses efforts sur les 2 piliers principaux de la filière :

LA PRODUCTION

La marque a priorisé la production des pâtes courtes (coquillettes, macaronis…), très demandées par les consommateurs, ayant un temps de séchage plus court et étant globalement plus rapides à fabriquer. Non de moindre intérêt, pour éviter tout gaspillage des matières premières, chez Priméal, la fabrication a été priorisée par rapport aux disponibilités du stockage en privilégiant les grandes séries jusqu’à 15 tonnes de la même référence contre 8/10 tonnes produites en temps normal.

LES ÉQUIPES

Au sein de l’entreprise règne la bonne ambiance, la solidarité et la polyvalence des rôles, témoigne Pierre Nicolas, responsable de production pâtes : “Depuis le début de la crise, l’équipe est toujours restée très soudée. On se soutient et on s’encourage les uns les autres. De plus, j’ai fait appel à mon fils qui est venu renforcer l’équipe et qui est aussi fier que son père de travailler pour la marque Priméal!”. Depuis mars 2020, afin de garantir les délais de production, 18 employés travaillent dans l’usine contre 10 habituellement. La société a d’ailleurs dû faire appel à des intérimaires en renfort. En logistique, une troisième équipe de préparation de nuit et 2 équipes supplémentaires le samedi ont été mises en place. Enfin, dernier élément mais non des moindres : la société a mis en place une prime de continuité de 100€ versée toutes les semaines aux collaborateurs présents sur le site, accompagnée d’un bon d’achat au magasin d’usine de la société et un fonds de solidarité pour les collaborateurs « fragilisés ».

AU CŒUR DES PRODUITS, LES HOMMES

Jacques Giraud – Producteur de blé dur en Camargue
Le virus du Covid-19 arrive au moment du semi et non de la récolte : cela n’a pour le moment pas eu d’impact sur mon exploitation. J’ai également toujours la possibilité d’être livré en semences et d’acheter des pièces de rechange pour travailler. Dans cette situation de crise, comme au quotidien, collaborer avec la marque Priméal est une garantie, autant pour nous, producteurs, que pour les consommateurs ! Cela permet d’assurer la traçabilité du produit, le consommateur adhère à cette démarche. De notre côté, nous pouvons compter sur un partenaire présent et à l’écoute qui intervient depuis 6 ans, pour que le prix de production reste inchangé.

 

 

close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.